Caractéristique de la voiture>> Une Lotus Turbo en carbone d'un fou

Car Feature>> A Madman’s Carbon Turbo Lotus

Après avoir vu cette voiture, la première chose que j'ai dite à son propriétaire a été : « Je suppose que tu as besoin de sous-vêtements de rechange à chaque fois qu'il pleut. » Sa réponse ?

« Mec, tu as besoin de sous-vêtements de rechange même lorsque tu conduis sur le sec. »

Et ce court échange, à mon avis, résume parfaitement ce monstre de rue turbocompressé et habillé de carbone.

En effet, il faut un certain type de fou – un fou fou peut-être – pour allumer la mèche sur quelque chose comme une Lotus. Cette voiture a commencé sa vie comme un modèle Elise 2000, une voiture destinée aux puristes. Elle était légère, sans fioritures, biplace, à moteur central et à traction arrière. Mais même pour les puristes, l’Elise se situe à la limite de ce que l’on pourrait définir comme un tramway. Pour beaucoup, il était tout simplement trop brut, trop brut, pour être considéré comme pouvant être conduit sur la voie publique.

Mais chacun a un point de vue différent. Et pour AP, le gars qui possède et conduit cette bête, une Lotus Elise standard était tout simplement trop… décevante.

Entrez dans City Performance Centre, le magasin que nous avons présenté il y a quelques jours. Le propriétaire de CPC, Alessio Iera, est connu pour construire des voitures folles, alors quand AP est venu frapper à la porte, disant que sa Lotus n'était pas excitante, ils ont conçu un plan pour la transformer en un tramway plus brutal.

Le diagnostic du CPC face au dilemme d'AP était de prendre l'Elise et de la soumettre au camp d'entraînement. Le but : le durcir.

Bien sûr, des compromis doivent être faits lorsque les choses sont poussées vers l’extrémité performance du spectre. Des choses comme négocier des ralentisseurs et des allées sont devenues un peu pénibles en raison de la lèvre avant basse et du diffuseur arrière en carbone.

Mais de petits dilemmes comme celui-là ne valent pas la peine d’être mentionnés lorsque l’on commence à prendre note des moindres détails de cette création. Caché à l'intérieur de la Lotus, par exemple, se trouve l'emballage doré d'un MoTeC M800, qui gère…

…La nouvelle configuration du moteur. Un 2,2 litres 20 V a été ajouté et un turbo ajouté pour faire bonne mesure.

Plutôt que d'utiliser un noyau traditionnel, un refroidisseur intermédiaire eau-air a été utilisé, tandis que CPC a également fabriqué un échappement unique en acier inoxydable spécialement pour la Lotus.

À l’intérieur, une roue Sparco à base plate donne à AP suffisamment d’espace pour se replier dans la Lotus. Si vous êtes assez courageux pour le rejoindre pour une balade, les limites étroites signifient que vous vous côtoierez pratiquement alors qu'il vous effrayera à la lumière du jour.

Voici quelque chose que vous ne vous attendez pas à voir dans un tramway : le tableau de bord ADL de MoTeC, qui signifie Advanced Dash Logger, remplace le groupe de jauges standard. Le tableau de bord numérique peut afficher une variété de canaux de données et divers avertissements peuvent également être programmés.

La Lotus Elise Série 1 était la plate-forme parfaite pour AP. Pourquoi? Parce qu’il s’agissait déjà de l’essentiel sous forme de stock.

Tu vois ce que je veux dire?

Les godets Recaro Lotus Motorsport ont été coincés dans les espaces de conduite exigus. Derrière eux, vous trouverez un arceau de sécurité…

…Qui s'étend jusqu'au tableau de bord.

Bien entendu, l’une des modifications les plus évidentes de cette Lotus a été apportée à son extérieur. La carrosserie entière de l'Elise a été remplacée par des panneaux de carbone destinés à une Exige, ce qui signifie que la Lotus d'AP dispose désormais d'un toit fixe.

Ce que j'approuve, c'est la décision d'AP de laisser le carbone exposé. Avec un tissage aussi parfait, il serait vraiment dommage de le cacher sous une couche de peinture.

De loin, le corps prend une teinte grise plate. Ce n'est qu'en s'approchant que l'on s'aperçoit que la carrosserie de cette Lotus n'est plus en fibre de verre.

AP punit régulièrement sa Lotus sur la piste, alors il a fait une descente dans divers garages de course britanniques pour obtenir du matériel hardcore. En dessous, vous trouverez des coilovers de compétition Nitron Stage 3 qui offrent un réglage dans 3 directions, tandis que des montants et des bras triangulaires Pilbeam Racing ont également été installés. Les nouveaux montants utilisent des roulements sphériques au lieu de bagues conventionnelles.

Sous le capot, vous apercevrez les réservoirs éloignés des amortisseurs Nitron.

Avec le poids de la voiture si léger, les passagers peuvent s'attendre à planter le pare-brise chaque fois qu'AP décide d'appuyer sur la pédale du milieu. Sa puissance de freinage féroce est fournie par les freins AP Racing Pro 5000+ (6 pistons à l'avant et 4 pistons à l'arrière).

Sur toutes les voitures d'AP, vous remarquerez qu'il n'est pas du genre à faire allégeance à une marque particulière du marché secondaire, à une certaine philosophie de modification ou même à un pays spécifique d'ailleurs. Les jantes forgées sont d'origine japonaise, à savoir SSR. Des tailles échelonnées de 16 × 7 et 17 × 9 sont utilisées avec des semi-slicks Toyo R888 collants enroulés autour d'eux.

Pour AP, l’aspect pratique n’était tout simplement pas à l’ordre du jour pour ce monstre de rue. Mais cela dit, le chiffre de puissance n’était pas non plus énorme.

Au lieu de cela, AP a demandé au City Performance Center de le rendre plus fort dans les trois domaines qui comptaient le plus pour lui : la réponse, le freinage et la maniabilité. C’est un peu ce que Lotus voulait à l’origine, juste à un niveau plus fou, plus fou.

– Charles Kha

Photos de Casey Dhnaram

Plus de tramways et de voitures-lits sur Speedhunters

Plus de Lotus sur Speedhunters

Centre de performances de la ville