Un break pas comme les autres

Un break pas comme les autres

Quand j’entends les mots «voiture construite maison», je ne peux m’empêcher d’évoquer des images de voitures en kit à roues ouvertes mal assemblées qui ne finissent jamais vraiment par être correctement finies par leurs propriétaires généralement trop enthousiastes. Cependant, en Scandinavie, une voiture fabriquée maison est quelque chose de complètement différent. Lorsque j’ai posé quelques questions à Henrik Mattsson sur sa Volvo V70 blanche, j’ai été immédiatement confus. Il a continué à utiliser le terme fait maison tout en pointant du doigt les détails de son projet qui, de toute évidence, n’auraient pas pu être créés dans son garage.

Après lui avoir demandé une troisième fois s’il avait réellement monté lui-même ce break unique en son genre, il a répondu : « Ok, pas tout, mon frère a fabriqué les pièces en carbone et peint la carrosserie dans son garage ». Très bien alors! Henrik travaille chez un concessionnaire Volvo en tant que mécanicien, vous pouvez donc commencer à voir les connexions possibles…

… cela l’a amené à créer cette V70 – une voiture très connue sur la scène des spectacles et des performances en Suède. Si vous aimez l’idée d’une couchette, vous apprécierez certainement ce qui a été fait avec l’extérieur de cette voiture, et c’est presque rien. Mis à part le jeu de roues BBS de 19 pouces…

… Henrik a conservé la carrosserie du V70 entièrement d’origine, se concentrant sur l’élimination de tout le reste en dessous.

Et quand je parle de tout, je parle vraiment de chaque morceau de métal du châssis. Les compétences de fabrication d’Henrik se sont vraiment révélées utiles ici, car il a conçu et soudé son propre cadre spatial avec des pick-ups à suspension sur mesure. Le sol, le pare-feu et le toit sont tous fabriqués à partir de fibre de carbone que son frère a confectionnée pour lui. Ci-dessus, vous pouvez voir son frère pulvériser le châssis terminé dans le même blanc glacé que celui sur lequel l’extérieur a été peint.

Le résultat ne ressemble à rien de ce que j’ai jamais vu : un break qui se prend pour un peu à la course/à la dérive/au tramway. Mais ce n’est que lorsque vous ouvrez le hayon arrière et commencez vraiment à regarder ce V70 en détail qu’une autre chose devient assez évidente. Henrik doit avoir un léger cas de TOC car l’attention portée aux détails est sans égal. De la qualité de la soudure ou des passages de roue arrière magnifiquement tubés, à la façon dont le système de carburant et la pile à combustible personnalisée ont été disposés. Vous pouvez également apercevoir le toit en carbone depuis l’intérieur de la voiture…

… ainsi qu’à l’extérieur où ces fibres posées à la main ont été laissées exposées plutôt que cachées par la peinture.

Il n’y a pas de sièges arrière, donc lorsque vous ouvrez les portes arrière, vous n’êtes confronté qu’à un grand nombre d’arceaux de sécurité…

… et l’échappement à sortie latérale, qui nous amène vers le côté performances.

Sous ce capot d’origine, suspendu à des supports de moteur personnalisés fabriqués sur la partie avant du cadre spatial, se trouve le moteur Volvo à cinq cylindres qu’Henrik souhaitait utiliser pour donner à la voiture une véritable sensation scandinave. La première chose que l’on remarque est la position du moteur – assis longitudinalement et aussi loin que possible maintenant que la voiture n’est plus à traction avant.

Le moteur a été construit avec une extrémité inférieure forgée, et le tout finement équilibré et fini avec une tête entièrement portée et polie avec des arbres à cames à 270 degrés avec une levée de 11,5 mm.

Le boost de 1,4 bar qui alimente le moteur est fourni via le turbo SC61 Precision, contrôlé par une wastegate externe de 50 mm. La présentation, comme sur le reste de la voiture, a été en tête de liste dans l’exécution globale et comprend une longue liste de pièces fabriquées par Henrik lui-même, à commencer par les collecteurs et le système d’échappement ainsi que le plénum d’admission en aluminium. Les pièces usinées Nuke Performance contribuent à constituer le système de carburant qui récupère le carburant dans le réservoir personnalisé que nous avons vu plus haut et l’envoie aux cinq injecteurs de 1 000 cc/min.

Les nombreuses pinces en aluminium anodisé violet pour maintenir ensemble divers tuyaux, de l’admission, des alimentations supérieure et inférieure du radiateur ainsi que du remplissage de carburant dans le réservoir ne sont pas réellement des pinces Wiggins. Il s’agit d’articles très spéciaux certifiés aérospatiale qu’Henrik s’est procurés auprès de son ami qui travaille pour l’armée de l’air suédoise. Chacun coûte des centaines de dollars et constitue un exemple parfait du fanatisme de l’attention portée aux détails. « Seulement le meilleur » comme le dit Henrik !

Et bien sûr, il y a la suspension, composée de maillons personnalisés magnifiquement usinés, tous anodisés en bleu pour correspondre au reste des détails du compartiment moteur. Tout repose sur des rotules à coussinets pour éliminer tout jeu et, comme touche finale, des barres stabilisatrices réglables ont également été intégrées à la configuration.

Une transmission BMW M3 E36 ainsi qu’un embrayage amélioré envoient les 450 ch que le moteur développe aux roues arrière via un arbre de transmission personnalisé ; encore une autre pièce maison créée par Henrik. Grâce à l’image ci-dessus, vous pouvez voir comment l’arrière de la Corvette C4 a été positionné dans le châssis personnalisé et vous avez également une bonne vue sur les essieux, raccourcis de 4 cm de chaque côté pour s’adapter aux dimensions plus étroites de la voie. Nous trouvons encore d’autres bras de suspension bleus personnalisés et des barres stabilisatrices jaunes réglables de type couteau, tout comme vous en trouverez dans une vraie voiture de course. Oh, et le plancher en fibre de carbone scelle le dessous de la voiture !

Derrière les roues BBS CH de 19 pouces…

… se trouve un système de freinage emprunté à AMG, composé d’étriers massifs à 8 pistons à l’avant et de 4 pistons plus compacts à l’arrière. Ceux-ci sont montés sur des supports CNC et terminés avec un motif de crâne similaire à celui que l’on trouve sur les capots du moteur.

Pour l’adhérence, Henrik a opté pour un jeu de Yokohama Neova AD08, 235/35R19 à l’avant et un joli et gros jeu de 295/30R19 à l’arrière.

Il s’agit d’une version qui n’aurait pas pu être plus dictée par la fonction…

… jusque dans les moindres détails. L’intérieur est pour le moins minimaliste : les ensembles de godets sont montés directement sur les canalisations carrées qui constituent la partie plancher du châssis et sont séparés par…

… le grand tunnel de transmission…

… d’où jaillit le long levier de vitesses.

Un tableau de bord V70 série II, floqué pour éliminer les reflets, abrite une série de jauges Auto Meter disposées de manière cohérente dans des panneaux en fibre de carbone.

Les cartes de porte en carbone sont juste une autre touche intéressante, tout comme les lève-vitres en billette.

Là où se trouveraient les sièges arrière d’un V70 de production régulière, Henrik a installé une boîte recouverte de daim, utile pour ranger son casque et sa combinaison de course lorsqu’il se rend sur la piste de course.

Henrik a facilement créé le break V70 le plus dingue connu de l’homme ; une voiture assemblée avec un admirable mélange de savoir-faire et d’imagination, et exécutée avec pure passion. C’est encore une autre voiture qui démontre parfaitement à quel point la Scandinavie est un endroit merveilleusement fou – un coin du monde insolite où rien ne semble impossible.

Instagram : speedhunters_dino

450 ch / 1,4 bar

Bielles en acier, pistons forgés, manivelle RN, culasse portée, cames 270° avec levée de 10,5 mm, pivots solides, turbo PP SC61, waste gate de 50 mm, papillon de 90 mm, collecteur et admission faits maison, injecteurs 1000cc, système d’essence fait maison avec Bosh Pompe 044, MS ECU

Embrayage fritté, plateau de pression 707, volant moteur allégé, transmission BMW E36 M3, différentiel Corvette C4, pompes individuelles et refroidisseurs d’huile pour transmission et différentiel, axes raccourcis de 4 cm de chaque côté, arbre de transmission fait maison.

Partie avant : axe de roue Volvo 960, servo Volvo 960, coilovers D2, bras de commande faits maison avec uniballs, barres stabilisatrices de type couteau.

Étriers avant MercedesBenz AMG à 8 pistons avec disques de 355 mm à l’avant, 4 pistons avec disques de 355 mm à l’arrière, étriers de frein à main Jaguar

BBS CH-R 8,5Jx19″ avant 10,5Jx19″ arrière, Yokohama Neova AD08 235/35R19 avant, 295/30R19 arrière

Tout est repris de la V70R pour lui donner un aspect aussi original que possible, couleur carrosserie blanc glace Volvo 614, toit en carbone fait maison

Châssis tubulaire réalisé en tubes 40x40x2,5, arceau de sécurité réalisé en tubes 40×2,5, tableau de bord V70 Série II, sièges Grunt, harnais OMP, jauges Auto Meter, plancher, cartes de porte et pare-feu tous faits maison en fibre de carbone.

Couverture de Gatebil Suède sur Speedhunters
Toute la couverture de Gatebil sur Speedhunters