Une leçon de réussite avec le professeur de F1

A Lesson In Success With The F1 Professor

Prost ou Séné ? C’est l’une des disputes séculaires entre les fans de courses automobiles, une dispute polarisante où il y a généralement peu de terrain d’entente. Le spectacle plutôt que la douceur, l’émotion plutôt que le calcul ? En surface, ils semblaient des pilotes tellement différents. Du moins, c'est ainsi qu'ils se présentaient, mais ils étaient tous deux tout aussi impitoyables à leur manière, et tous deux capables de commettre d'énormes erreurs de jugement dans leur quête de la victoire. Rien d’autre ne ferait l’affaire pour l’un ou l’autre des pilotes : Prost était autant un combattant que Senna. Le Goodwood Festival Of Speed ​​de cette année présentait un certain nombre de vieilles voitures de Senna, mais réservait également un régal spécial aux fans de Prost.

« Le professeur » visiterait Goodwood pour la première fois, ajoutant ainsi son nom à la longue liste de pilotes célèbres qui ont fait une apparition au Festival – ce qui conduit généralement à des visites répétées, telle est la popularité de cet événement décontracté. . Au cours de 13 saisons en Formule 1, le légendaire Français a connu du succès dans les quatre équipes pour lesquelles il a piloté : McLaren, Renault, Ferrari et Williams. Il a remporté 51 victoires en 199 départs et a été champion du monde à quatre reprises au cours d'une période au cours de laquelle l'opposition comprenait des pilotes du calibre de Senna, Mansell et Piquet.

Prost conduirait à la fois son RE40 turbo de 1,5 litre de 1983 et le concept-car moderne Renault Alpine A110-50. Au volant de la RE40, il a raté son premier titre de champion du monde pour seulement deux points : il lui faudra attendre encore deux ans pour être sacré premier champion du monde français.

La cour de l'écurie de Goodwood House a également été consacrée à une exposition de certaines des montures les plus célèbres de Prost et à une exposition photographique couvrant la carrière de Prost.

Après avoir remporté les championnats de France et d'Europe de F3, Prost a fait ses débuts en Formule 1 en 1980 pour l'équipe McLaren. Faisant équipe avec le vétéran John Watson dans la M29B, il a eu un impact immédiat, terminant dans les points lors de ses deux premières courses.

Malheureusement, ces courses d'ouverture ont été le point culminant : la voiture était en proie à des problèmes et Alain a également subi plusieurs accidents graves au cours de la saison – il a signé chez Renault pour l'année suivante.

Alain a rejoint son compatriote français René Arnoux chez Renault en 1981, au volant de la Renault RE20 turbocompressée V6 de 1,5 litre et des développements de châssis ultérieurs. Après un début d'année incertain, il a décroché son premier podium en Argentine et sa victoire décisive au Grand Prix de France, huitième manche.

Dès lors, si la voiture parcourait la distance, il serait sur le podium : deux victoires supplémentaires et deux deuxièmes places sont venues puisque la RE20 a été remplacée à la mi-saison par la RE30. Deux autres victoires en 1982 et quatre en 1983 ont été tempérées par ses relations tendues avec son coéquipier et l'équipe…

Alain est revenu chez McLaren pour la saison 1984, rejoignant le double champion du monde Niki Lauda au sein de l'équipe qui entrait désormais dans une nouvelle ère sous le contrôle de Ron Dennis. Il a perdu le titre de 1984 d'un demi-point seulement face à Lauda, ​​malgré plusieurs victoires (sept) ; en 1985, il a mené la MP4/2B à cinq victoires et cinq autres podiums pour devenir le premier champion du monde français.

En 1986, il a conduit cette McLaren TAG-Porsche MP4/2C pour défendre son titre, battant de peu la Williams de Mansell et remportant quatre autres courses dans le processus.

Alain est resté chez McLaren jusqu'à la fin de la saison 1989. Il a joué un rôle déterminant dans la signature de Senna dans l'équipe en 1988, ce qui a également contribué à apporter de la puissance Honda à l'équipe, créant par inadvertance l'une des plus grandes rivalités de l'histoire de la F1.

Il s'agit de la McLaren MP4/5 V10 de 1989. L'équipe a peut-être perdu de la puissance du turbo, mais McLaren n'a pas abandonné son idée de dominer le sport : à eux deux, les deux pilotes ont remporté 10 courses sur 16, la bataille acharnée avec Senna s'étant terminée dans des circonstances controversées lors de l'avant-dernier Grand Prix du Japon. . La disqualification de Senna après la collision des deux hommes a donné à Prost son troisième titre mondial. En six saisons chez McLaren, il terminerait deux fois vice-champion du monde et trois fois champion du monde – ce qui n'est pas un mauvais taux de réussite !

En ayant assez de se battre contre quelqu'un censé être son coéquipier, Prost rejoint Ferrari pour la saison 1990, prenant la Ferrari 641 aux côtés de Mansell. C'est devenu un autre chapitre de sa relation enflammée avec Senna : il a gagné cinq fois pour Ferrari en 1990, mais le titre mondial est revenu à Senna après cet accident, encore une fois lors de l'avant-dernière manche à Suzuka, où Senna a admis tardivement qu'il avait délibérément piloté Prost. de la route au premier virage. La saison 1991 fut tout sauf réussie : Prost ne remporta aucune course et un dernier changement d'équipe s'annonçait.

Après une année sabbatique en 1992, Alain est revenu chez Williams en 1993, au volant de la Williams FW15C avec Damon Hill comme coéquipier après avoir bloqué l'arrivée de Senna dans l'équipe. La FW15C était dotée d'une suspension active avancée, d'un contrôle de traction et d'un ABS, et est toujours considérée comme l'une des voitures de F1 les plus avancées technologiquement de tous les temps. Prost s'est imposé pour la première fois en Afrique du Sud et a remporté six autres victoires en route vers son quatrième et dernier titre en F1, battant Senna à la deuxième place.

La retraite l'attendait avec un nombre important de statistiques relevées : il avait remporté le plus grand nombre de Grands Prix (un chiffre battu seulement par Schumacher huit ans plus tard), le plus grand nombre de victoires dans une voiture turbo et le plus grand nombre de victoires à domicile. Victoires en Grand Prix (six victoires en GP de France).

Après sa carrière en F1, Alain a dirigé l'équipe Prost GP et a dominé la série de courses sur glace du Trophée Andros français pendant plusieurs années. Le Festival Of Speed ​​est toujours un endroit incroyable pour voir vos héros : je suis sûr que ce n'est pas la dernière fois que nous y verrons Alain. Je sais pour qui je soutenais entre Prost et Senna… Pour qui étiez-vous ?

Jonathan Moore

Wash wash au Goodwood Festival Of Speed ​​2012