Toyotafest Spotlight-o-rama : Swaps ‘n Classics

Toyotafest Spotlight-o-rama: Swaps ‘n Classics

Lorsque je suis parti samedi dernier pour rassembler quelques voitures pour un article Spotlight-O-Rama du Toyotafest, je n’étais pas spécifiquement regarder pour une sélection de voitures anciennes. Mais alors que je parcourais le salon, il me semblait que toutes les voitures qui suscitaient mon intérêt dataient des années 1980 et avant. Je suppose que l’attrait d’un classique bien fait est tout simplement trop difficile à ignorer ? Quoi qu’il en soit, voici six machines vintage qui ont attiré mon attention au Toyotafest.

Commençons par cette MX73 Cressida de 1987 qui représentait l’équipe Sparkle Garage. Contrairement à certaines des voitures d’exposition les plus immaculées de l’époque, cette Cressida portait avec fierté ses cicatrices de bataille. Vous pourriez facilement sentir que cette chose est souvent lancée sur le côté.

Un échange V8 1uZ-FE couplé à une transmission à cinq vitesses W58 d’une Lexus IS300 aide à faire tourner ces pneus arrière. Le V8 à quatre arbres à cames s’intègre parfaitement dans le compartiment moteur de la Cressida, n’est-ce pas ?

La voiture arborait également un ensemble agressif de Volk TE37V de 15 pouces avec leur finition bronze parfaitement assortie à la couleur beige de la carrosserie de la Cressida.

C’est une voiture unique et de bon goût avec un échange de moteur sympa qui roule également dur régulièrement. Difficile de faire mieux que ça.

La chance de voir des voitures rares est l’un des grands attraits du Toyotafest, et le mot rare peut certainement être utilisé pour décrire cette TA12 Carina de 1972. Parce qu’il s’agit d’un de ces modèles qui n’a été importé que pendant quelques années, il est facile d’oublier que la Carina a été vendue aux États-Unis.

Il est donc normal que cette Carina particulière ait été conservée en grande partie d’origine – à l’exception de quelques modifications extérieures de bon goût…

…comme un jeu de roues Hoshino Impul de 14″ avec une finition impeccable qui me porte à croire qu’elles ont été récemment restaurées.

Le même thème se retrouve à l’intérieur : principalement original avec quelques changements, comme un pommeau de levier de vitesses Mooneyes et un volant vintage sympa que j’ai du mal à identifier pour le moment. L’un des experts de la vieille école a-t-il des idées ?

En comparaison avec certaines des autres voitures de cet article, cette Carina est très douce, mais c’est en fait l’une des principales raisons pour lesquelles je l’ai tant aimée. Parfois, la simplicité et la propreté sont la solution idéale.

Ensuite, nous avons un autre modèle Toyota rarement vu du début des années 1970 : un coupé Corona ’74. Je pense que je suis juste un fanatique des lignes élégantes et rigides de ces voitures.

Le Corona semblait également avoir fait l’objet d’une restauration approfondie, avec un sens aigu du détail, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Sous le capot du Corona se trouve un double arbre à cames 18RG avec des pistons forgés, des cames TRD et une configuration de collecteur de grande hauteur très méchante. Dieu merci, il existe des voitures exemptes de smog en Californie !

À l’intérieur, il y a une paire de sièges Recaro de la vieille école, le reste du revêtement étant assorti. L’ancien volant TRD est une autre petite touche agréable.

Les roues BBS RS de taille modeste ne séduiront probablement pas les amateurs de position, mais elles conviennent plutôt bien à la voiture. Pour moi, ce sont des restaurations de haute qualité comme celle-ci qui définissent ce qu’est le Toyotafest.

Ensuite, nous avons la Starlet KP61 ’84 d’Eugene Garcia : une voiture qui attirait beaucoup de spectateurs non seulement avec son style de bon goût des années 80…

… mais avec son compartiment moteur très impressionnant. Il s’agit d’une configuration 4A-GE entièrement construite basée sur un bloc GZE à faible compression avec un turbocompresseur HKS GT2540R.

Eugene m’a dit que la configuration était bonne pour environ 300 chevaux, soit environ quatre fois plus que la voiture produite à sa sortie d’usine. Ouais.

Les roues Enkei montées sur la voiture ne sont pas quelque chose que l’on voit souvent aux États-Unis, mais Eugene dit qu’elles étaient très populaires aux Philippines : un endroit bien connu pour son amour des vieilles Toyota.

Un tramway KP61 très propre et de bon goût avec un turbo de grande puissance sous le capot. Certainement l’un des points forts du salon de cette année.

Ensuite, nous avons un coupé Celica RA22 1975 très subtil que je classerais certainement comme une voiture-lit.

Pourquoi un dormeur ? Eh bien, pour commencer, l’intérieur marron d’origine ne fait pas grand-chose pour laisser entrevoir le potentiel de performance de la voiture. Le volant est vraiment le seul élément non-stock qui dépasse.

Il en va de même pour les roues en acier de type usine avec anneaux de garniture et capuchons centraux. Si vous regardez attentivement, vous verrez qu’ils ont été agrandis à 15 pouces – une touche cool et subtile.

Mais ensuite, vous regardez sous le capot et voyez qu’un V8 1UZ-FE a été coincé d’une manière ou d’une autre dans le compartiment moteur. Quand il s’agit d’en avoir pour son argent, il devient vraiment difficile de battre le 1UZ. Ils sont bon marché et extrêmement abondants sur le marché de l’occasion grâce aux milliers de modèles Lexus usagés qui en sont équipés.

J’imagine que cette voiture suscite des réactions assez étranges de la part des gens dans la rue qui pensent regarder une belle Celica restaurée et entendent ensuite ce merveilleux son du V8 à quatre cames.

Enfin et surtout, nous avons une voiture – ou un camion – qui a déjà été vue sur Wash wash. En fait, Sean a inclus cette Toyota Hilux échangée en 2JZ dans son Spotlight-O-Rama de l’événement JCCS de l’année dernière.

Mais étant donné que ce camion est clairement un projet en cours, il est toujours agréable de vérifier et de voir quels types de progrès ont été réalisés.

Comme vous pouvez le constater, la configuration du turbo est un peu différente d’avant, avec les filtres champignons HKS remplacés par une paire de tuyaux prêts à tirer des boules de gomme géantes sur quiconque s’approche.

Lorsque Sean a vu le camion chez JCCS, le lit n’était pas installé. C’est désormais le cas, et vous pouvez également voir certains des travaux supplémentaires effectués sur le système de refroidissement monté à l’arrière du camion.

Cela va sans dire, mais je pense que nous devrons mettre la main sur le camion terminé pour une fonctionnalité complète une fois qu’il sera terminé.

Je pense que c’est une bonne note pour clôturer ce Spotlight-O-Rama ainsi que ma couverture des événements du Toyotafest 2013. J’espère que vous l’avez apprécié.

Instagram : speedhunters_mike
Courriel : mike@dev.speedhunters.com

Toyotafest 2013 Pt.1

Toytoafest 2013 Pt.2